10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 13:47

Vendredi 12 mai

Nous partons de Beauvais avec la compagnie Wizz Air pour la capitale de la Roumanie avec Marie-Annick et Jacques. Hélas, le vol a du retard à cause d'une grève des contrôleurs du ciel à Bucarest et nous n'arrivons sur place que vers 13h, heure locale(il y a une heure de décalage avec la France). Pendant le vol, nous avons eu une belle vue sur les Alpes. Nous rejoignons notre hôtel " Trianon"très confortable, situé à côté du parc "Cismigiu", tout près de la vieille ville.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous posons nos valises et partons pour la rue " Victoriei", la plus animée de la ville. Nous pensions déjeuner au restaurant du palais du Cercle militaire mais il y a une réception. Nous prenons quelques photos avant de déjeuner dans un "Paul", comme chez nous (nous avons faim et nous prenons le premier endroit trouvé !).

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

La rue "Victoriei", où nous passons l'après midi, est une succession de tours en béton qui côtoient des bâtiments néoclassiques du début du XXéme siècle, d'hôtels internationaux et de quelques églises orthodoxes. Des musées occupent certains des bâtiments et quelques statues à l'allure soviétique sont encore présentes. Des affiches publicitaires gigantesques défigurent certains immeubles.

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous passons un grand moment à l'Athénée Roumain, opéra Roumain. A l'extérieur, de nombreuses jeunes femmes, accompagnées parfois de leurs compagnons ou de leurs parents, se font prendre en photos, avec des robes chics traditionnelles, par des photographes apparemment professionnels. Nous verrons une autre groupe de jeunes endimanchés près du cercle militaire en fin de journée.

Nous essayons de réserver des places de concert à l'opéra qui a parait-il une excellente acoustique. Jacques n'est pas autorisé à entrer ! Marie-Annick et moi parvenons à parler avec la femme qui gère l'accès. Elle est peu aimable et a une façon très soviétique de gérer les choses. Finalement, elle nous dit de passer le lendemain et qu'elle nous vendra des places.

Nous ne sommes pas autorisées à entrer mais malgré tout, je prends une photo du hall.

 

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous dînons au Caru'cu Bere (la charette à bière), le restaurant est ancien, la déco est magnifique mais il y a plein de monde et nous dînons sur les tables extérieures.

Le repas est constitué de plats locaux, assez riches mais corrects et bien sûr de bières.

Nous rentrons tranquillement  jusqu'à notre hôtel pour dormir après cette première journée bien remplie.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Samedi 13 mai

Nous prenons un copieux petit déjeuner et partons en taxi pour le musée du paysan roumain (Herastrau park)situé au nord de la ville. C'est un musée en plein air, près d'un lac, avec des maisons aux toits de chaumes, des églises en bois avec des motifs peints sur les murs, des moulins et différents outils utilisés dans la campagne. Tout vient de  différentes régions de Roumanie et les bâtiments ont été construits à différentes époques. C'est intéressant et agréable de s'y promener même si la pluie arrive. Il y a quelques stands de produits artisanaux dont des oeufs peints.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous revenons à pieds par le boulevard Aviatorilor, grand boulevard bordé d'espaces verts. Nous passons par un grand rond point avec un arc de triomphe et faisons des photos près d'une pendule rigolote. Nous faisons une pause dans un parc pour voir les stands d'un marché populaire local où nous achetons de délicieuses cerises. Le soleil est revenu et nous savourons une bonne bière.

Nous marchons jusqu'à la place de la victoire où il y a encore une banderole après les grandes manifestations de février contre la corruption.

 

BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous décidons d'aller au musée au "national museum of Romanian Art", en chemin, la même architecture avec les bâtiments néo classiques, les églises orthodoxes; il y a aussi des maisons taguées.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous restons une petite heure au musée qui comporte plusieurs sections. Nous irons essentiellement dans la partie la plus ancienne dont le secteur médiéval.

Nous devons être à 18 heures à l'Athénée Roumain pour tenter d'avoir des places pour un concert de musique classique. A l'entrée, la même femme, revêche, finit par nous vendre des places. Nous rejoignons la salle. Première déception : ce n'est pas dans la salle principale qu'a lieu le concert; deuxième déception : nos places ne sont pas comme celles des autres spectateurs roumains, on nous dit d'attendre sur le côté. On se demande si ce n'est pas plutôt  une combine entre la femme de l'entrée et celle qui place dans la salle, vont-elles ensuite se partager l'argent de nos places ?

On finit par s'asseoir et le concert joué par une pianiste et un violoncelliste commence. La musique classique est assez violente mais le violoncelliste fait des prouesses avec son instrument !

 

 

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous partons avant la fin du concert en tentant une sortie discrète au moment d'une pause.

Nous avons réservé au restaurant "Vatra"où l'on dîne correctement mais on est déçu par les prestations des danseurs en habits traditionnels.

Dimanche 14 mai

Nous partons à pieds dans le quartier de Cotroceni, quartier résidentiel où se trouve le palais du gouvernement. Nous longeons le canal sur une partie du chemin, il y a un marathon.

Nous accompagnons Marie-Annick et Jacques qui vont prendre contact avec le loueur où ils ont réservé des motos pour un circuit cet été dans les anciens pays de l'est. La jeune femme qui leur montre les motos est très cordiale et les motos sont comme neuves. Elle fait essayer sa moto personnelle à Marie-Annick.

Le quartier est pavillonnaire et il y a aussi des maisons traditionnelles bien restaurées.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous rejoignons le quartier Lipscani et ses ruelles piétonnes, quartier historique mais rempli de bars et de magasins de souvenirs. Des passages couverts, avec encore des bars, rappellent les passages parisiens.  Nous entrons au magasin "Carturesti", très agréable et moderne.

Nous avons des difficultés à nous assoir pour déguster une bière, il y a vraiment beaucoup de monde dans ce quartier qui est visiblement aussi celui des fêtards !

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous visitons une église orthodoxe ancienne, une des rares non détruites par Ceaucescu, au style très particulier, celle du monastère Stavropoleos. Il y a beaucoup de touristes mais le lieu dégage une grande ferveur religieuse. Sur le côté, un petit jardin ressemble à un reste de cloître.

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous prenons un taxi pour rejoindre le Palais du Parlement construit en 1984 sur ordre de Ceaucescu. Il est gigantesque, c'est le plus grand bâtiment administratif au monde après le Pentagone. Plusieurs quartiers de la ville ont été rayés de la ville de Bucarest pour satisfaire les désirs mégalomaniaques du dictateur. Celui-ci ne verra d'ailleurs pas le palais achevé.

Des populations ont été déplacées dans des immeubles à la périphérie de la ville, il y a eu beaucoup de souffrances.

Le bâtiment mesure 86 mètres de haut et environ 5000 pièces étaient prévues. On est écrasé par la taille extérieure du bâtiment mais aussi par celle des couloirs ou des pièces aux ameublements d'un kitch absolu !

Actuellement, la chambre des députés et le sénat y sont installés. Le gouvernement a renoncé à le détruire car cela coûterait plus cher que de le garder.

Hélas, Jacques ne pourra pas y entrer car il a oublié son passeport. La gestion des visites guidées, à 14 heures en français(nous avons dû réserver), est digne de l'époque soviétique. On entre par groupe d'une trentaine de personnes avec notre guide. On passe sous un portique comme à l'aéroport,et on nous confisque nos passeports en échange d'un numéro. Les passeports nous semblent rangés sans aucune méthode ! Enfin, il faut payer un supplément pour utiliser un appareil photo mais on peut prendre gratuitement des photos avec un téléphone portable !

 

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

A la sortie, nous reprenons un taxi pour aller au marché "Obor". Hélas, contrairement à ce qu'on nous a dit, le marché est fini. Mais la balade dans un quartier moins touristique est dépaysante. Nous trouvons un étal qui vend des cerises délicieuses.

En face du marché, un centre commercial avec Carrefour et d'autres enseignes connues, comme chez nous!

Par contre, nous avons des difficultés à trouver un taxi pour le retour et nous ne savons pas comment fonctionne les nombreux tramways qui sillonnent ce quartier de la ville.

BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)

Nous rejoignons finalement la vieille ville.

Nous décidons d'aller diner au restaurant "Hanul Manuc", bâtiment ancien avec une grande cour fermée et des terrasses en surplomb, c'est l'un des derniers caravansérails du pays. Nous dînons à l'intérieur et nous apprécions le spectacle musical puis celui des danses folkloriques.

En face de l'entrée, une église orthodoxe.

Nous rentrons le lundi 15 mai à Paris avec l'avion de Wizz Air qui décolle à 6 heures.

BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
BUCAREST (Roumanie)BUCAREST (Roumanie)
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 20:35

LUNDI 1er MAI

Nous quittons le sud de Marseille pour la ville de Cassis par la route de la Gineste, il y a une vue magnifique sur la région. Nous arrivons vers 12h, garons la voiture au parking privé que nous avons réservé et allons à pieds, environ 200 mètres, au studio Calendal que nous avons loué par Booking; La propriétaire ne se déplace pas. On récupère les clés dans une boîte aux lettres et nous nous installons. La pièce principale est très bien mais la salle de bain est vétuste et il y a peu d'ustensiles de cuisine. Par contre, nous sommes en plein centre de Cassis. Nous déjeunons et partons nous promener.

Le site du port est superbe avec le château qui surplombe la baie, les maisons aux façades colorées pastels et le petit phare traditionnel.

 

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

Nous prenons la direction de la presqu'ile de Port-Miou, nous passons devant la jolie plage du Bestouan pour rejoindre Le sentier du Petit Prince. C'est un parcours aménagé le long d'un des côtés de la calanque et qui donne des informations sur la milieu naturel, la végétation et la formation des calanques.

La calanque de Port-Miou est comme un port de plaisance tellement il y a de bateaux.

Il fait beau et nous passons un agréable moment.

En revenant, nous nous arrêtons au Printemps du livre, manifestation en plein air où nous voyons Patrick Poivre d'Arvor qui présente les romans d'écrivains de la région. Ceux-ci, présents, parle ensuite de leur livre. Yann Queféllec est aussi là et dédicace des livres.

Nous rentrons finir de nous installer au studio après avoir fait quelques courses.

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

MARDI 2 MAI

La météo annonce une journée très grise. Nous prenons la voiture pour faire la route des crêtes de Cassis à La Ciotat. Nous avons de la chance, ce n'est pas trop couvert et nous pouvons apprécier les paysages somptueux du cap Canaille.

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

A la Ciotat, nous faisons une petite randonnée vers la calanque de Muguel avec son parc de plantes exotiques et la calanque de Figuerolles. La couleur des roches, dites en poudingue, est ocre.Hélas, nous subissons des petites averses et nous piqueniquons à l'abri sous une grotte.

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

Nous reprenons la route vers le village provençal médiéval de la Cadière-d'Azur. La pluie s'est calmée et nous commençons à flâner dans les jolies ruelles désertes. Du haut, nous voyons le Castellet;

Soudain, une grosse pluie, nous nous réfugions dans un bar pour nous réchauffer avec un café. 

Le temps est vraiment peu propice aux visites aujourd'hui, nous allons faire des courses avant de rentrer dans notre studio.

 

 

 

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

MERCREDI 3 MAI

 

Le soleil est revenu, nous allons nous promener dans Cassis. Aujourd'hui, c'est jour de marché avec ses spécialités provençales. Nous achetons quelques olives aux herbes et des croquants aux amandes. Nous faisons ensuite un tour dans les ruelles escarpées de la ville, vraiment charmante. Au bout du port, la plage de la Grande Mer et la statue de Calendal, héros de Fredérique Mistral.

Vers 13heures, comme convenu, nous retrouvons Christine, avec qui j'ai travaillé pendant 20 ans; elle est venue voir ses deux filles qui habitent toutes les deux dans la région. L'une d'elles, Anne-Lise, que j'ai eu comme élève, nous rejoint avec ses deux enfants et nous allons déjeuner tous ensemble. Nous prenons des moules-frites au Delphin, moyen mais peu importe, nous sommes contentes de nous voir et d'échanger. Nous faisons une petite promenade sur le port avant de se séparer.

Nous finissons notre visite de Cassis par l'autre côté de la ville, vers la plage de galets du Corton et nous rentrons.

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

JEUDI 4 MAI

 

Nous dormons tard et nous ne partons en randonnée qu'en fin de mâtinée. Nous faisons la randonnée des trois calanques à partir de Cassis : Port-Miou, Port-Pin et En Vau. Nous ne descendrons pas vers la calanque d'En Vau, nous l'admirons en surplomb avec ses hautes falaises et ses roches en aiguilles. Au retour, nous passerons au Trou du Souffleur mais il n'y a pas assez de vent pour entendre du son.

LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS
LES CALANQUES du côté de CASSISLES CALANQUES du côté de CASSIS

Nous passons notre dernière soirée à Cassis en allant prendre un apéro anisé sur une terrasse face au port. Les terrasses ensoleillées des cafés de toute cette région sont vraiment bien agréables et font partie du décor partout ici.

Demain, nous prenons la route du retour avec une nuit en Bourgogne avant de rentrer chez nous.

3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 20:00

VENDREDI 28 AVRIL

Nous quittons le centre de Marseille pour sa grande banlieue, le 8ème arrondissement, près des calanques. Nous avons fait une réservation par Airbnb dans un studio que nous recommandons vivement. La propriétaire Joëlle  nous a vraiment très bien accueilli. Le lien suivant vous donne l'adresse.

Nous posons nos affaires et partons en voiture pour la Pointe Rouge. Il y a un beau soleil aujourd'hui mais le mistral souffle. Nous voyons des véliplanchistes et du kitesurf, c'est spectaculaire.

LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE

Nous roulons ensuite jusqu'aux Goudes, petit port tranquille à la pointe ouest du parc national des calanques. Nous avions prévu une petite randonnée vers le cap croisette mais le fort mistral nous en empêche, nous y allons donc en voiture. Les paysages sont magnifiques avec la mer aux vagues couvertes d'écume blanche.

Nous passons voir la calanque de Callelongue avant de faire des courses pour nos repas à venir dans notre studio. Nous rentrons nous reposer et dîner.

LES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE

SAMEDI 29 AVRIL

 

Nous prenons la route vers le col de Sormiou, nous garons la voiture et partons faire une randonnée entre les calanques de Sormiou et de Marseilleveyre. Le sentier donne des vues superbes sur la mer. Nous faisons l'aller et retour par le même chemin.Nous marchons environ 6 heures. Au tout début,nous avons une vue sur Marseille et sur le Vélodrome.

Nous rentrons vers 18 heures au studio.

LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE

DIMANCHE 30 AVRIL

 

Ce matin, le temps est plus couvert mais il ne pleut pas. Nous allons nous garer près du domaine universitaire Lumigny. Nous allons faire une randonnée vers la calanque de Sugiton.Une grande partie de la randonnée est sur un chemin très large. Dans cette calanque, un rocher porte le nom "d'îlot du torpilleur" et en effet, il en a bien la forme. Nous marchons un peu sur le sentier sous la falaise des toits, puis nous revenons et grimpons au point de vue au dessus de la calanque de Morgiou.Nous marchons environ 5 heures avant de rentrer au studio.

 

 

LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
LES CALANQUES du côté de MARSEIILLELES CALANQUES du côté de MARSEIILLE
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 16:27

MERCREDI 26 AVRIL

Le petit déjeuner de l'ibis budget est très basique, comme la chambre, mais c'est fonctionnel et surtout juste à côté du vieux port, ce qui est très agréable pour l'animation et les visites.

Ce matin, le temps est couvert. Nous prenons le " mini ferry-boat" (rendu célèbre par Pagnol) qui traverse le port et nous dépose à la hauteur de l'hôtel de ville. Nous longeons les quais en admirant les bateaux.

Nous rejoignons le boulevard du littoral et ses quartiers portuaires commerciaux. Un énorme ferry embarque des véhicules, il se rend en Algérie.

 

 

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous marchons jusqu'à la place de la Joliette où se tient un marché populaire, nous y faisons un tour avant d'entrer dans le "très classe" centre commercial des terrasses du port avec ses enseignes des grandes marques; deux lieux aux antipodes !

Les anciens docks d'architecture industrielle de la fin du XIX ème siècle bordent le boulevard du littoral; ils sont maintenant occupés en partie par des entreprises.

 

 

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous faisons demi tour pour aller sur l'esplanade du J4 où se trouve le fameux musée du MuCEM et la Villa Méditerranée. Au dessus de la place se trouve le musée Regards de Provence.

L'architecture du MuCEM est à la fois surprenante et magnifique.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous visitons l'exposition permanente du MuCEM "Galerie de la Méditerranée". La première salle présente trois cultures fondamentales de cette région : le blé, la vigne et l'olivier. Ce qui entraîne la maîtrise de l'irrigation et le développement de l'élevage et de la pêche.

L'homme ayant domestiqué la nature, il va quitter ses croyances animistes pour aller vers une religion monothéiste.

La salle suivante présente entre autre, Jérusalem et les lieux saints de trois religions : le mur des lamentations, la mosquée Al-Aqsa et le Saint-Sépulcre.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

La troisième salle présente la naissance de la citoyenneté et de la démocratie des grandes civilisations méditerranéennes. La dernière salle rappelle les expéditions maritimes et les échanges commerciaux, scientifiques et culturels en général entre tous les peuples de cette partie du monde et d'autres plus lointains.

 

 

MARSEILLE (2017) -suite-

Après la visite, nous montons sur la terrasse pour prendre la passerelle qui relie le musée au fort Saint-Jean,ancien ouvrage défensif du port de Marseille.

Nous commençons la visite du fort par le jardin des migrations, très agréable tant par ses plantes que par les points de vue sur le port.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous voyons une étrange statue avant de prendre le chemin de ronde d'où nous apercevons les restes de l'ancienne chapelle. La montée en haut de la tour du Roi René nous donne encore de belles perspectives de Marseille.

Nous finissons la visite par une projection audiovisuelle dans la salle de gardes. C'est une fresque historique sur le port de Marseille. Pendant ce temps, à l'extérieur, la pluie !

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous rejoignons la place Sadi-Carnot où nous prenons le tram pour aller au palais Longchamp. A l'arrivée, nous sommes déçus, il y a des travaux et il n'y a donc pas d'eau dans les bassins. Ce palais a été inauguré en 1869 pour célébrer l'arrivée de l'eau de la Durance.

Nous faisons une promenade dans le parc, peu entretenu, avant de rentrer à l'hôtel.

Nous dinons correctement dans un restaurant vietnamien situé sur la place aux huiles.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

JEUDI 27 AVRIL

Le temps est couvert et frais.

Nous passons voir le bâtiment de l'opéra avant de rejoindre le port et la Canebière avec la Bourse et l'hôtel de la Marine(occupé par C & A). C'est une large avenue bordée de magasins, dont une boutique officielle de l'OM. Le tram la remonte.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous empruntons la rue d'Aubagne pour aller vers le quartier de la plaine et la place Jean-Jaurès. Cette rue rappelle que beaucoup de personnes de tous les pays sont venus à Marseille.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Le quartier de la Plaine est celui des tags et des fresques murales. Sur la place Jean-Jaurès, un marché visiblement assez vaste se termine. Nous quittons ce quartier pittoresque car nous avons un RV à la Cité Radieuse de Le Corbusier pour une visite guidée.

Nous prenons le métro de la station Noailles à la station Rond point du Prado.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Nous passons devant le stade Vélodrome avant d'arriver à l'immeuble de Le Corbusier où notre guide de l'office du tourisme nous attend. Nous sommes une vingtaine de personne.

La visite commence à l'extérieur, on nous explique la conception de Le Corbusier, un immeuble qui constitue à lui seul une ville avec ses appartements mais aussi ses magasins, son école, ses espaces de détente,....

Ce projet architectural prévu pour loger ceux qui avaient perdu leur maison dans les bombardements de Marseille n' a pas conquis les Marseillais qui ont appelé Le Corbusier "Le fada". L'immeuble situé à l'époque dans la campagne, à côté d'une bastide fut accusé de défigurer le paysage.

Dans le hall, la présence du béton est omniprésente, comme partout dans cette unité d'habitation. Un vitrail présente le Modulor, l'homme type de 1,83 m utilisé par Le Corbusier pour réaliser des installations à taille humaine.

Nous prenons l'ascenseur pour la visite de l'appartement témoin.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

La cité radieuse, classée au Patrimoine de l'Unesco, était prévue pour les familles.

Le chauffage était par air pulsé, il y avait un vide ordure, l'eau chaude était au robinet et il y avait une table à langer dans la chambre des parents qui avait une salle de bain attenante. Les enfants avaient leur espace personnel et leur salle de bain personnelle.

Les appartements sont pour la plupart en duplex avec une double exposition, côté mer et côté collines.

Sur le toit, un gymnase en forme de bateau renversé et une petite piscine.

Les couleurs, pour la plupart, primaires ne plaisaient pas.

Tout était trop nouveau et il fut difficile de faire venir des locataires.

De nos jours, cette conception de la femme au foyer, de la famille modèle avec deux enfants est vraiment dépassée.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-

Notre guide était très bien, passionnante car elle connaissait très bien son sujet mais aussi parce que l'on sentait qu'elle était passionnée par l'architecture et par tout ce que Le Corbusier a apporté d'innovant.

Nous rejoignons à pieds le parc Borély et son château, nous nous y promenons agréablement, un petit lac avec des canards et des ragondins donnent du charme au lieu.

Nous marchons ensuite le long de la corniche pour aller prendre le bus 83 qui nous ramène au Vieux Port.

Nous dînons près de l'Opéra au restaurant "la langoustine" qui propose un bon menu à un prix intéressant. Nous nous régalons et le serveur est sympa.

MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
MARSEILLE (2017) -suite-MARSEILLE (2017) -suite-
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 21:17

DIMANCHE 23 AVRIL

Après avoir voté au premier tour des présidentielles, nous prenons la route pour la ville d'Orange. Le trajet se fait rapidement sans problème. Nous nous installons au Kyriad. Nous partons marcher dans les ruelles du centre ville et à proximité du théâtre antique face auquel nous dégustons une bière sur une terrasse ensoleillée. Nous dînons correctement au Kyriad avant d'assister à la soirée des résultats des votes sur la télévision de notre chambre.

 

LUNDI 24 AVRIL

 

Nous roulons moins de deux heures pour arriver à Marseille et à la chambre de la Villa Monticelli que nous avons réservée par un coffret smartbox. Le quartier est résidentiel, la chambre est dans une belle bâtisse entourée d'un très beau jardin. Notre chambre"Paul Cézanne" est vaste et confortable, la décoration est faite avec des objets d'antiquité. L'accueil de la propriétaire est chaleureux. Par contre, nous sommes dans un quartier proche du Prado, un peu éloigné du centre.

 

Nous allons donc visiter les lieux qui nous entourent. Notre découverte de Marseille va débuter par "Notre dame de la garde", la montée est rude mais on est vraiment récompensé à la fois par le point de vue extraordinaire sur la ville mais aussi par la beauté de l'intérieur de la basilique.

Les photos verticales sont coupées, cliquer dessus pour les voir en entier et les faire toutes défiler.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

La statue de la sainte vierge est dorée à la feuille d'or. A l'intérieur, la couleur or domine aussi et les mosaïques sont magnifiques. Parmi les ex-voto, il y a de nombreux bateaux.

MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Le beau temps nous permet de bien voir l'ensemble de la ville de Marseille d'un côté et de l'autre les iles du Frioul et le château d'If.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Nous rejoignons l'abbaye St Victor en passant à proximité de nombreux espaces verts. Des sarcophages anciens sont présents à l'intérieur de cette abbaye.

Un peu plus loin, nous entrons dans la plus ancienne boulangerie de Marseille pour y goûter les navettes et les canistrelli, ces gâteaux sont parfumés mais un peu secs à notre goût.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Nous allons flâner dans le jardin du Pharo et son palais. La vue sur le vieux port et les iles est ici aussi très belle.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Nous finissons cette journée par une grande balade le long de la corniche JFK, bercés par le vent et le soleil. Nous passons par la plage des catalans et nous faisons un arrêt au vallon des Auffes, magnifique, mais les restaurants sont fermés. Nous marchons ensuite jusqu'à la plage du Prado, c'est assez long mais la vue sur la mer est agréable (nous n'avons pas pu prendre le bus bloqué en centre ville à cause d'une manifestation). Nous dînons bien dans la brasserie "le David" avant de rentrer à la villa Monticelli.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

MARDI 25 AVRIL

Après un excellent petit déjeuner à la Villa Monticelli, nous partons pour l'hôtel "Ibis Budget" situé près du vieux port. Nous garons la voiture au parking souterrain de l'hôtel où on descend la voiture dans un ascenseur.

Nous partons découvrir le centre de Marseille avec les promenades pédestres de l'office du tourisme, nous suivons les parcours du Panier et de la voie historique.

Nous arrivons sur le vieux port où un petit marché aux poissons de la pêche du jour a lieu. Des femmes vendent "l'oeil de Lucie, une partie d'un coquillage qui porterait chance !

Une partie de l'extrémité du vieux port est couverte par un toit en miroir, l'effet est saisissant. L'autre partie est occupée par une grande roue.

MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Nous longeons le quai jusqu'à l'hôtel de ville et rejoignons la place Daviel au pied des arcades de l'hôtel-dieu. Nous entrons dans le quartier du Panier par la montée des Accoles et arrivons sur la très provençale Place des Moulins.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

La rue du Panier et celle des pistoles mènent à la "Vieille charité"qui a été tour à tour une prison, un hospice, une caserne. De nos jours, elle a été restaurée en musée.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Ce quartier est vraiment charmant et champêtre. Beaucoup de murs ou des éléments du mobilier urbain sont tagués. Nous flânons au hasard des ruelles et redescendons en passant par l'église St Laurent.

MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)
MARSEILLE (2017)MARSEILLE (2017)

Nous passons par la gigantesque cathédrale de la Major (hélas fermée le mardi) et longeons les quais pour rejoindre notre hôtel. Nous nous installons dans notre chambre et prenons un peu de repos avant d'aller dîner. Un escalier près de notre hôtel nous conduit à la place aux huiles, nous allons manger à l'Oliveraie. Il y a du monde mais c'est moyen.

MARSEILLE (2017)
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 18:44

Mardi 7 février 2017

Nous prenons le train et le métro, avec nos sacs de voyages, pour Paris. Nous logeons à l'hôtel Corona Opéra, très bien situé, dans une ruelle, près des grands boulevards. Il est 14 h quand nous déposons nos affaires dans la chambre lumineuse et confortable.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Notre première visite de ce séjour Parisien est pour l'opéra Garnier, tout près de notre logement.

L'entrée se fait par le côté est où un monument à Charles Garnier nous accueille. Nous prenons des audio-guides dans la rotonde des abonnés. Ce lieu servait dans le passé aux abonnés mais aussi aux chauffeurs des personnes aisées, qui les y attendaient. Le nom de Charles Garnier est inscrit dans le plafond orné d'arabesques.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous passons devant le bassin de la pythie avant d'emprunter un escalier qui nous mène à l'étage supérieur avec le fameux grand escalier. C'est magnifique : les sculptures, les marbres colorés , le plafond, les loges de pierre (où l'on peut observer ceux qui empruntent l'escalier) et les éclairages donnent au lieu un aspect flamboyant et fantastique.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous avons un accès à la salle de spectacle en forme de fer à cheval où l'on peut voir le plafond peint par Chagall. Tout y semble confortable mais nous savons, pour y être venu au spectacle, que les sièges sont raides et que l'on ne voit pas bien la scène quand on est dans certaines loges.

Nous passons devant l'entrée de la loge 5, fermée, où venait la fantôme de l'opéra !

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous allons voir ensuite la bibliothèque musée de l'opéra. Une expo temporaire, celle sur Baskt, que nous découvrons, montre entre autres, de somptueux costumes.

La partie permanente du musée contient des documents sur les spectacles passés ou sur l'histoire de l'opéra. On peut y voir une reproduction de l'ancien plafond de la salle de spectacle. Il y a aussi des maquettes des décors de scène, certains ont été restaurés par Nadège.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous passons ensuite aux foyers auxquels on peut accéder par les charmants salons du soleil et de la lune. Nous passons aussi au salon du glacier situé dans une grande rotonde lumineuse.

L'espace du grand foyer est très chargé. Les fenêtres et les miroirs le rendent immense.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous quittons ce superbe bâtiment pour marcher dans le quartier avec quelques arrêts chez Désigual, aux Galeries Lafayettes et chez Pylones à Gare St Lazare.

Nous dinons dans un EXKI, rue chaussée d'Antin.

Nous finissons notre journée par un spectacle "Abracadabrunch"à "la Grande Comédie", c'est un vaudeville et nous rions bien !

Mercredi 8 février

Le petit déjeuner buffet de l'hôtel est très varié et bon, la journée commence bien !

Ce matin, nous allons visiter le Panthéon. A l'origine, une basilique souhaitée par LouisXV pour remercier St Geneviève qui aurait favorisé sa guérison. Il confie sa réalisation à l'architecte Jacques-Germain Soufflot. Le bâtiment mêle une architecture antique et une structure gothique, un dôme inspiré par la renaissance complète l'ensemble. A l'origine, de nombreuses baies vitrées qui ont été bouchées quand le lieu est devenu un temple laïc. Il devient le panthéon des grands hommes, peu après la révolution française.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Le niveau principal où l'on entre donne de la sérénité au lieu par son immensité et sa décoration. Des sculptures sont à la gloire des personnes portant les valeurs du siècle des lumières, en particulier, la liberté d'expression.

Au fond, la sculpture de la convention nationale, gigantesque montre Marianne entourée de soldats d'un côté et de célèbres révolutionnaires de l'autre.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Les noms de personnes illustres, principalement des écrivains morts pendant les deux guerres mondiales, sont inscrits sur les murs du fond pour leur rendre hommage.

Hélas, la maquette de Rondelet montrant le dôme et le pendule de Foucault sont en restauration.

Sur les murs du fond, des peintures sur St Geneviève dont le jour de son décès.

Il fait glacial à l'intérieur du panthéon et nous sommes frigorifiés quand nous descendons dans la crypte où sont enterrés ceux qui ont donné de l'honneur à notre pays.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

A l'entrée de la crypte, une urne honore Gambetta, fondateur de la III ème république.

Le vestibule abrite des philosophes du siècle des lumières, dont Voltaire. on accède ensuite à une rotonde d'où partent des allées vers les différents tombeaux : les dignitaires de l'empire, les grands écrivains, les grandes figures de la lutte pour l'égalité, les grandes voix, ceux qui ont eu du courage ou qui ont été résistants et enfin, les scientifiques.

Des panneaux, situés près de la tombe,expliquent le parcours des plus grandes personnalités.

C'est plutôt émouvant et nous y passons un certain temps malgré le froid.

Vers 12h30, nous retrouvons Nadège aux alentours de la BNF pour un déjeuner agréable dans une brasserie.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous passons l'après-midi, sur l'ile de la cité. Nous sortons du métro près de l'entrée du palais de justice, nous allons visiter la conciergerie.

C'est ici que Clovis installe sa demeure royale. Au XIII ème siècle, St Louis lance de grands travaux d'embellissement du palais et fait construire la St Chapelle. A la fin du XIV ème siècle, Charles V choisit d'autres lieux de résidence et il charge son intendant ou "concierge", doté de pouvoirs de justice d'administrer les lieux. L'activité judiciaire s'y développe et des prisons sont aménagées. Pendant la révolution française, les prisonniers sont nombreux, parmi eux, Marie-Antoinette.

Nous louons une tablette qui permet de voir l'aménagement des différents lieux comme par le passé, c'est assez bien fait.

Partout, des panneaux explicatifs informent sur l'utilisation des différentes salles.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

A la sortie, nous décidons d'aller jusqu'à la cathédrale Notre Dame, très majestueuse.

Nous dînons à nouveau dans un EXKI (les soupes sont délicieuses) avant de nous rendre au théâtre des Béliers pour voir "Le porteur d'histoire" d'Alexis Michalik. C'est un très beau spectacle, plein de poésie et qui nous emmène dans des histoires fabuleuses qui font rêver.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

JEUDI 9 FEVRIER

Nous retournons sur l'île de la cité pour voir la Sainte Chapelle que nous n'avons pas eu le temps de visiter la veille.

En traversant un des ponts, nous apprécions une belle vue sur la conciergerie.

Elle est édifiée selon la volonté de St Louis pour y conserver les Reliques de la Passion du Christ qu'il avait acheté à Baudoin de Constantinople. Celles-ci étaient placées dans la chapelle haute dans un coffre ajouré, toujours visible.

Au fil du temps, les richesses de certaines reliques ont été utilisées pour des dépenses militaires. A la révolution française, les plus belles pièces furent conservées. Elles sont actuellement dans le Trésor de la cathédrale de Notre Dame.

L'entrée se fait par la chapelle basse où les décors polychromes ont été restaurés au XIX ème siècle.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous montons dans la chapelle haute, on est ébahie par la taille des vitraux colorés et la lumière qui inonde le lieu.

Au fond, le coffre qui contenait les Reliques.

Chaque groupe de verrières est constitué par des vitraux de formes différentes. Les thèmes sont tous différents : l'histoire de l'humanité, de la Genèse, la résurrection du Christ et des épisodes tirés de la Bible. On doit lire de gauche à droite et de bas en haut.

Il est hélas difficile de bien voir les dessins du haut car la hauteur est importante.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

A l'opposé de l'autel, une rosace illustre l'Apocalypse, au centre, le Christ qui revient pour juger les vivants et les morts.

Les décorations latérales des murs et le sol carrelé avec, à la fois la fleur de lys de la royauté et les tours de Blanche de Castille complètent l'harmonie de cette chapelle haute.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Le petit déjeuner nous ayant bien rassasié, nous allons ensuite directement aux Invalides pour visiter le musée de l'armée.

Les vastes espaces extérieurs font ressortir toute la majesté de Paris.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous commençons par les armes et armures anciennes du moyen âge à 1643. Il y en a une quantité incroyable,souvent richement décorées. On se croirait parfois dans un film de science fiction quand elles sont toutes alignées les une à côté des autres.

Les armes avec leurs crosses sculptées en bois noble et pour certaines leurs incrustations de nacre ou bien avec des parties métalliques ciselées sont aussi très nombreuses et très belles.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous allons ensuite à l'exposition sur les guerres mondiales de 1871 à 1945.

La richesse des documents est là aussi remarquable mais pour la Grande Guerre, ils sont bien moins mis en valeur qu'aux musées de Péronne ou de Meaux.

Nous retrouvons dans un ordinateur prévu à cet effet, l'acte de décès d'un des frères du grand-père de Michel.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous ressortons et allons voir l'église du dôme qui contient le tombeau de Napoléon.

Notre dernière visite est pour le musée des plans reliefs. Des maquettes en très grandes dimensions de places fortes de France sont présentées dans une pièce légèrement dans la pénombre. Elles sont bien mises en valeur et c'est incroyable d'y voir autant de détails. Les fortifications Vauban sont nombreuses. Des photos actuelles à côté des maquettes permettent de comparer les bâtiments avec ceux d'avant.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Il y a bien d'autres salles d'expositions à voir et le musée de l'armée méritera au moins une autre visite !

Nous décidons d'aller faire un tour au Bon Marché que nous n'avons jamais vu. Les nombreux produits de luxe ne sont pas aussi bien mis en valeur que chez Harrod's à Londres !

Notre dernière soirée est au théâtre Michel où se joue "la Peur" d'après une nouvelle de Stephan Zweig. Nous n'avons pas été enthousiasmé par ce spectacle qui a cependant d'excellentes critiques. La pièce n'a pas réussi à nous faire oublier les sièges inconfortables, comme dans tous ces petits théâtres Parisiens.

Nous dînons dans une brasserie sur les Grands Boulevards avant de rentrer à l'hôtel.

 

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

VENDREDI 10 FEVRIER

Nous déposons nos bagages à la consigne de l'hôtel et partons faire une marche dans un quartier de Paris sur le thème : des records de Montorgueil au Sentier. Le temps est hélas plutôt gris.

La promenade commence par l'impasse la plus étroite, celle des Peintres, qui est tout en travaux. Un peu avant, un beau "trompe-l'oeil". Puis, nous voyons dans la rue Tiquetonne l'une des plus vieilles enseignes de Paris : l'arbre à liège.

Nous admirons ensuite les très nombreuses enseignes de la rue Montorgueil ainsi que son animation.

Il faut "cliquer" sur la première photo en dessous pour les voir en verticale.

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Certains bars ou des boutiques ont des façades très anciennes.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Puis, nous sommes dans le thème"Egypte-plus" avec le passage du Caire, la rue d'Alexandrie et celle du Nil. Nous voyons de jolies placettes, le quartier est agréable.

Un peu plus loin, nous ne voyons pas le passage le plus glauque, celui de Sainte-Foy, il a peut-être été fermé ? Il y a de nombreuses péripatéticiennes sur les pas de portes.

Nous arrivons ensuite à la maison la plus étroite et nous finissons par la rue la plus inhabitée constituée seulement par quelques marches.

Nous récupérons nos bagages à l'hôtel et prenons le train pour rentrer chez nous.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

SAMEDI 11 FEVRIER

Nous allons passer la journée à la Porte de Versailles pour le salon "Rétromobile".

La diversité des voitures proposées, de toutes les époques, fait passer un bon moment.

L'Aston Martin de James Bond, équipée par Q, reçoit beaucoup de visiteurs !

 

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous voyons aussi le scarabée d'Or, véhicule qui a fait la première traversée du Sahara. Nous apprenons qu'un groupe d'élèves du lycée professionnel d'Epluches reçoit une formation pour garder le savoir faire nécessaire à la restauration de ces vieux véhicules.

Il y a beaucoup de stands de pièces détachés pour les collectionneurs et aussi des voitures anciennes qui étaient des jouets.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous admirons les Buggatis, les Bentleys, les Rolls Royces, les Ferraris et bien d'autres.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Il y a aussi les voitures qui nous rappellent des souvenirs.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Et puis, les voitures de courses ou de rallyes. Il y a aussi des voitures du début du XX ème siècle qui sont exposées.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Nous terminons cette visite dans le temps par d'anciennes motos que font rouler des collectionneurs, là encore, passionnés.

Nous rentrons avec des images de rêves dans la tête.

EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS
EN TOURISTES A PARISEN TOURISTES A PARIS

Presentation

  • : carnet de voyages de Michel et Patricia
  • : Ce blog créé le 10 juillet 2009 est un récit de nos voyages.
  • Contact

Rechercher