27 juillet 2019 6 27 /07 /juillet /2019 15:15

SAMEDI 18 MAI

Grâce à un taxi Uber, nous allons rapidement au terminal de bus Rodoviario de Valparaiso. La compagnie Turbus s'arrête au terminal Alameda de Santiago en moins de deux heures et le métro, jusqu'à la station "Baquedano",nous permet d'arriver à notre hôtel. Le "Travesia bed and breakfast" est confortable et l'accueil est agréable. Le quartier, près du parc "Bustamante" est plutôt chic.

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI

Nous avons pris un encas dans le bus, il est assez tôt pour aller découvrir le cœur historique de Santiago avec un guide "tours 4 tips- la bicicleta verde" suivant le même principe qu'à Valparaiso. Rendez-vous devant le musée national de "Bellas Artes" pour une visite en espagnol. Dans le groupe, des vénézuéliens, des colombiens, des panaméens, des chiliens et un européen de Madrid; bref, essentiellement des échanges avec l'Amérique Latine, c'est assez sympa.

Notre premier arrêt est devant des fresques à l'entrée d'un grand centre commercial.

 

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI

Le circuit passes par "la Plaza de Armas" et la "Moneda". Le guide parle de l'histoire de son pays, en particulier de l'assaut du palais de la "Moneda" et de la mort de "Salvador Allende".

Nous allons dans le quartier de la "Bolsa de Comercio",on entre dans un vieux café "Union" en face de l'ancien club, très fermé, "De La Union".

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI

Nous prenons le métro pour aller au GAM, musée Gabriela Mistral.

Le bâtiment a été construit en 1972 et il a abrité les bureaux de Pinochet de 1973 à 1981. Les responsables de la junte militaire y restèrent jusqu'en 1990. La reconversion de l'édifice en centre des arts, de la culture et des personnes est tout un symbole. C'est illustré par des poignées de portes avec le poing fermé des manifestations.

C'est à la fois, une salle de spectacle, un lieu d'expositions et un espace ouvert pour venir faire des activités en groupe ( par exemple, des jeunes filles, ayant apporté leur musique, répètent une chorégraphie, devant des peintures revendicatives).

 

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI

La balade se termine , nous marchons dans le quartier "Lastaria" où se trouvent de nombreux bars et magasins "branchés", une brocante complète le décor, il y a du monde en ce samedi soir. On rejoint la place " Italia" au soleil couchant en métro. 

Le dîner au restaurant Argentin "La hacienda Gaucha", au 35 de l'avenue "Vicuna Mackenna" est un régal.

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI

DIMANCHE 19 MAI

Après un bon petit déjeuner, nous allons marcher vers le GAM. Puis, en route pour l'aéroport en métro puis en bus.

L'avion décolle pour la France en début d'après midi, la cordillère des Andes nous offre une dernière belle image de la nature de ce magnifique pays.

Retour à SANTIAGO DU CHILIRetour à SANTIAGO DU CHILI
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 10:39

VENDREDI 17 MAI

Le street art est présent dans tous les quartiers et la découverte de toutes ces œuvres d'art colorées a été un enchantement.

Ce matin, nous partons seul dans Valparaiso.

Après avoir fait quelques boutiques d'artisanat vers le port, on rejoint le "Mercado Puerto", il est fermé mais autour, il y a des étals de marché. Nous achetons des bananes et quelques gâteaux dans une boulangerie.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Une courte marche nous mène à l'ascenseur de la "Artillera" pour aller au "Cerro" du même nom. Cet ascenseur est le plus vieux de la ville, la montée coûte 300 pesos au lieu de 100 pesos. On surplombe la ville au fur et à mesure de la montée bordée de jolies maisons colorées.

VALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

On arrive près du "Paseo 21 de Mayo", la vue sur le port est superbe. Un voilier avec 4 mats est à quai.

Le musée maritime est visible à la sortie de l'ascenseur et des échoppes de souvenirs (beaucoup sont encore fermées ce matin) bordent la terrasse qui domine le port.

VALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Nous redescendons par les escaliers qui longent l'ascenseur en admirant les peintures sur les murs ou le sol.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Arrivés dans la ville basse, nous prenons l'ascenseur "Conception" gratuit et déjeunons sur les bancs du passage "Gervasoni" avec les gâteaux et les bananes.

Derrière nous, de belles façades colorées et devant nous, le port.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Dans les "Cerros Conception et Alegre" , les passages,escaliers et ruelles différents de ceux de la veille sont nombreux et c'est à nouveau un festival de Street Art.

 

 

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

En route pour les quartiers Florida et Bellavista où Pamela, de "Tour4 Tips" va nous guider en espagnol. Le rendez-vous est à 'La Sebastiana", la maison de Pablo Neruda, qui peut se visiter. De la place "Anibal Pinto", nous allons à l'arrêt des "Collectivos", rue "Ecuador"où on doit prendre le numéro 39.

Le tour porte le nom "Pablo Neruda" et nous ne sommes que trois touristes en plus de la guide; une jeune allemande effectuant un tour du monde nous accompagne.

Notre guide nous parle de Pablo Neruda mais aussi de deux autres écrivains-poètes : Gabriella Mistral et Vicente Huidobro.

 

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Le circuit emprunte à nouveau des passages et des escaliers jusqu'à la Cathédrale de Valparaiso.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Nous visitons le musée "à ciel ouvert", crée en 1992, dont l'entrée est marquée par des poteaux décorés de céramiques. Ilest constitué par une vingtaine de peintures murales plus anciennes et pour beaucoup dégradées. Certaines ont été recouvertes par des nouvelles ou taguées. On les voit dans un dédale de ruelles et d'escaliers et la promenade est agréable. Des vues sur la ville parsèment la visite.

Près de l'entrée, une fresque rappelle le peuple "Selknams" originaires de la Terre de Feu, massacré et disparu.

 

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

A la fin du musée à Ciel Ouvert, quelques arbres où des colibris virevoltent.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiers

Nous finissons la balade dans un café ancien où venait Pablo Neruda. Pamela nous offre un "cola de mono", cocktail Chilien à base de lait, épices, sucre, café et eau de vie, avant de nous quitter.

Merci Pamela de nous avoir parlé de la littérature Chilienne en passionnée et de l'histoire (par exemples, les morts suspectes de Pablo Neruda et du chanteur Victor Jara sous la dictature).

Nous faisons une partie du retour avec la jeune Allemande avant de rejoindre notre chambre.

VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers
VALPARAISO, autres quartiersVALPARAISO, autres quartiers

Le restaurant "El Peral", à côté de notre logement est ouvert ce soir et nous y prenons un excellent dîner pour fêter l'anniversaire de Michel.

VALPARAISO, autres quartiers
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 15:33

JEUDI 16 MAI

Le petit déjeuner apporté sur un plateau dans notre studio est bien agréable avant de partir à la découverte de Valparaiso.Cette ville a la réputation d'avoir certains quartiers qui "craignent" !

Deux associations très recommandées : "Tours 4 Tips" et "Valp'o Top" proposent des circuits pédestres.  Les guides Chiliens nous font découvrir l'Art Urbain, l'histoire, la cuisine et parlent aussi de politique. A la fin, on donne un pourboire dans une fourchette de prix annoncée au départ, entre 5000 et 10000 pesos, c'est très raisonnable pour une balade guidée d'au moins 3 heures avec des infos au top !

Le départ est sur la place "Sotomayor"(où se trouve une caserne de pompiers), nous avons choisi l'excursion de 10h avec "Tours 4 Tips". Les guides portent des polos rayés rouge et blanc, les touristes se regroupent autour d'eux. Ce matin, il y aura deux groupes, l'un en espagnol , l'autre en anglais. Nati accompagne le tour en espagnol sur le thème "Valparaiso Alternatif". Ci-contre, l'escalier qui borde l'ascenseur de la Cordillera que nous découvrons en début de circuit.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Nous empruntons la "calle Serrano" pour arriver à la place "Echaurren", quartier où les propriétaires de notre logement nous avaient déconseillé d'aller. L'église de La Matriz que l'on aperçoit derrière nous a été reconstruite 15 fois à cause des tremblements de terre.

En chemin, Nati explique le mot "animita", panneau commémoratif pour rappeler la mort d'une ou plusieurs personnes, là, il s'agit de plusieurs qui sont décédées dans un incendie. Rien n'a été reconstruit car les normes liées au classement à l'Unesco de certains quartiers de Valparaiso sont draconiennes et c'est souvent trop onéreux pour les propriétaires. Un peu partout au Chili, il y a ces panneaux commémoratifs pour le décès de quelqu'un, en particulier le long des routes avec même parfois une petite construction.

Notre guide nous parle du quartier où nous nous trouvons; on y vient pour y faire la fête et, lorsque les gens ont bu, il y a souvent des problèmes.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Un bus "Micro" nous conduit sur les hauteurs de la ville; on apprend que les chauffeurs de bus sont payés au nombre de fois où ils font leur circuit donc ils conduisent toujours vite et sont pressés de vous voir monter ou descendre ! Valparaiso est composée de plusieurs collines appelés "Cerro". Nous allons dans le "Cerro Carcel". Le bus nous arrête dans la rue "Alemania", près de la place "Bismark"(évidemment les allemands ont habité ce quartier assez chic).

De la place, le point de vue sur la ville est spectaculaire. Nous découvrons de gigantesques fresques sur les murs. Certaines maisons sont simplement peintes et les couleurs donnent du charme à toutes ces logements imbriquées les uns dans les autres. Il y a peu de grands immeubles car c'est réglementé et même interdit dans certains "cerros" classés à l'Unesco.

Les céramiques sont fréquentes et ajoutent leurs couleurs et leurs motifs aux fresques colorées du Street Art de la ville

VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

La rue "Cumming" descend jusqu'à la place "Anibal Pinto" ;  on y fait de nombreux arrêts dont de superbes points de vue sur la baie de Valparaiso avec, en avant plan, les fresques.

Nous voyons l'ancien pénitencier en briques, près de la rue "Dinamarca" et à côté le centre culturel ouvert gratuitement à tous où il y a actuellement une expo sur Gaudi.

 

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

La visite de la prison où il y a eu des prisonniers politiques sous le régime de Pinochet rappelle les heures sombres du Chili. On y voit de vieilles photos des lieux et des détenus.

Le bâtiment a été reconverti en un espace commun à tous, on peut y trouver des livres et des documents à consulter à l'intérieur et l'extérieur est un espace vert où un jardin original est entretenu.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Nous passons devant les deux grands cimetières de Valparaiso. Un arrêt à la place du "Descanso", où la vue sur la ville vaut aussi le détour, permet une séance photo.

Nati nous parle d'une course cycliste célèbre " Cerro Abajo"où les coureurs descendent avec la caméra sur le casque en passant par tous les types de passages dont des escaliers.

VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Nous arrivons à la place Anibal Pinto après avoir emprunté des dédales de ruelles et d'escaliers à la décoration surréaliste. On remonte la rue Esmeralda jusqu'aux bureaux de "Tours 4 Tips" où se termine cette fabuleuse balade dont je n'ai pas pu raconter tous les détails.

Quelques mots sur deux spécialités : un cocktail appelé "jote" composé d'un litre de vin rouge et d'un litre ce coca; et, la "chorillana" avec viande, frites, oignons et oeufs (qui se déguste avec une bière Altamira") !

Merci Nati pour cette belle découverte de ta ville !

 

 

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

La dernière photo est celle de l'ascenseur Reina Victoria. Ces vieux funiculaires sont classés au Patrimoine de l'Unesco et servent aux habitants pour grimper dans les "Cerros".

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Nous déjeunons avec le menu du jour dans un restaurant populaire de la rue "Serrano", la "Taverna de Oscar".

Retour à Place Sotomayor à 15h30 pour un autre tour mais cette fois en français avec "Valp'o Top", les guides portent des tee-shirts noirs.

Juan, lui-même artiste graffeur, nous accompagne dans les "Cerros Alegre et Conception", touristiques et classés à l'Unesco,  à la découverte des peintures murales. Dans le passage Bavestrello, il nous montrera une de ses fresques signée "Juanitovade".

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Le tour commence par un passage sur le port, puis, nous revenons sur nos pas pour prendre l'ascenseur Péral et rejoindre le passage "Yougoslavo" dans le "Cerro Conception". Nous surplombons la ville basse. Juan explique les différents types de graphs, du plus simple(un mot écrit à la bombe sans rien d'autre, les mots avec du relief, souvent des noms) aux fresques murales extraordinaires. Il y a aussi des dessins reproduits en série dans la ville, souvent à l'aide d'un pochoir, comme le visage de Jack Nicholson dans "Shining" !

Certaines œuvres ont bien sûr des messages politiques, par exemple, à propos des peuples minoritaires comme les "Mapuches".

Dans ce parcours, nous verrons aussi des beaux bâtiments abritant des lieux officiels ou culturels, la dernière photo montre le musée Baburizza.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

A Valparaiso, les maisons, souvent en adobe et en bois,  conçues pour résister aux tremblements de terre, ont été recouvertes avec des plaques de tôles ondulées provenant des containers des bateaux du port. Les habitants ont commencé par les peindre puis les dessins sont arrivés peu à peu. D'abord grâce à Pablo Neruda qui avait vu des dessins revendicatifs au Mexique au début du XXème siècle et qui a fait connaître cet art dans cette ville où il a une maison. Ensuite, évidemment la lutte contre la dictature a amené les opprimés à s'exprimer sur les murs. et puis ensuite, des artistes de rues sont venus pour embellir la ville qui a toujours été porteuse de nombreuses revendications dans le pays.

Il suffit de demander l'autorisation au propriétaire pour pouvoir faire une fresque sur son mur; il accepte la plupart du temps pour éviter les tags disgracieux.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Nous nous promenons dans le Cerro Conception en empruntant des ruelles, des passages étroits à la découverte de fresques magnifiques. Juan donne des explications sur ce que l'artiste a voulu exprimé pour les plus célèbres. On finit par reconnaître les peintures de certains qui travaillent sur un même thème, par exemple, la mer et l'ile de Chiloé ou un autre qui peint des visages d'un style très particulier.

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Notre guide nous arrête dans un petit bar où il nous offre une petite dose de "Pisco Sour", toujours très bon ! La balade se poursuit au "Cerro Alegre"et se termine au passage "Dimalow". Juan nous a aussi parlé des difficultés des retraités (système AFP)qui les obligent souvent à travailler encore, de l'argent nécessaire pour pouvoir faire ses études dans de bonnes écoles, de l'exploitation minière où on exporte la matière première, par exemple le cuivre mais ensuite, on importe les produits finis en cuivre au lieu de les fabriquer .... Bref, le Chili, un des pays les plus riche d'Amérique Latine a encore beaucoup à faire pour améliorer la vie de ses habitants.

Sur les marches de la photo, les paroles d'une chanson connue ici.

 

 

VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"

Un ciel rosé complète les couleurs des façades de la ville avant que la nuit tombe.

Merci Juan pour la passion avec laquelle tu parles de ton art et de ton pays.

Le retour de nuit dans les ruelles désertes jusqu'à notre logement se passe bien.

Le dîner se fait au studio car le restaurant où nous voulions aller pour l'anniversaire de Michel est fermé.

VALPARAISO et le "Street Art"
VALPARAISO et le "Street Art"VALPARAISO et le "Street Art"
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 17:54

MERCREDI  15 MAI

Entre San Pedro de Atacama et Valparaiso, il y a environ 1600 km donc la journée s'est passée essentiellement dans les transports.

Départ à 8h30, un minibus nous emmène de San Pedro à l'aéroport de Calama pour 10000 pesos par personne, environ une heure de trajet. L'avion pour Santiago est à 12h08, nous avions réservé depuis la France sur LAN. Pendant le vol, la vue est splendide sur la cordillère des Andes. En arrivant à Santiago, nous avons de justesse le dernier bus direct de la compagnie Turbus qui va de l'aéroport à la station de bus de Valparaiso sans changement. Il part à 14h30 pour une arrivée vers 16h à la station Rodoviario pour 6000 pesos par personne. Pour finir, un bus de ville qui pour 310 pesos par personne nous conduit sur la place Sotomayor, place principale de la ville.

.

De San Pedro de Atacama à VALPARAISODe San Pedro de Atacama à VALPARAISO
De San Pedro de Atacama à VALPARAISODe San Pedro de Atacama à VALPARAISO

De la place Sotomayor, nous avons lu que le funiculaire(appelé ici "ascensor") "del Péral " nous emmène dans notre studio appelé "Casa Del Péral". On le trouve facilement, il suffit de redescendre quelques marches. Au début de l'escalier, nous photographions notre première peinture de Street Art. La porte d'entrée de notre logement porte de superbes dessins qui semblent avoir été réalisés au crayon.

L'accueil est excellent, en plus on y parle français; le bâtiment appartient à un couple Franco-Chilien; le studio de style plutôt bohème est agréable.

Nous posons nos affaires avant d'aller faire quelques courses en ville, on nous a indiqué un magasin"Unimark", près du port où nous trouvons ce qu'il nous faut.Nous dînons à la chambre en prenant un apéro bien mérité, après cette longue journée de transports, avec une bouteille d' "Espumante". Il est une heure du matin en France, c'est donc déjà l'anniversaire de Michel pour lequel nous trinquons !

De San Pedro de Atacama à VALPARAISODe San Pedro de Atacama à VALPARAISO
De San Pedro de Atacama à VALPARAISO
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 15:55

MARDI 14 MAI

Notre dernière excursion dans le désert d'Atacama nous a pleinement comblé avec des paysages à couper le souffle, accompagné par un guide qui faisait partager sa passion de ces lieux magnifiques et un petit groupe de 4 formé par deux voyageurs individuels, une brésilienne, un australien et nous.

Nous partons à 8h et notre premier arrêt est devant le volcan "Licancabur" (qui signifie en langue Atacamène : volcan du peuple) pour prendre un petit déjeuner. L'ascension de ce volcan ne peut se faire que du côté Bolivien car du côté Chilien, il y a des mines qui se déplacent au gré des séismes et des pluies. Ces mines datent de l'époque de Pinochet, elles ont été installées par l'armée lors de tensions avec l'Argentine pour le canal de Beagle en Patagonie !

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

Le volcan "Lascar", ci-contre, nous observe, il est actif et parfois violent, sa dernière éruption importante date de 1993 mais il en a fait une autre plus modeste en 2015.

Nous quittons ensuite rapidement la route et ses belles couleurs dégradées de saumon pour une piste puis nous roulons en dehors de tout chemin. C'est assez grisant et nous chantons tous à tue-tête l'air d'Indiana Jones quand nous traversons un petit ruisseau avec le 4*4 !

Nous faisons plusieurs arrêts d'où nous voyons au loin la lagune "d'Agua Calientes " et de plus près, les "Catedrales de Tara". Des pierres aux formes esthétiques nous entourent sur une partie du parcours.

Les alpagas paissent tranquillement dans ces paysages superbes.

 

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

 

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

Nous arrivons ensuite à la fabuleuse lagune de Tara, comme c'est beau ! Nous faisons plein de photos car la lumière donne des couleurs différentes selon l'angle de prise de vue. Comme précédemment, il est difficile de choisir peu de photos, alors voilà les images, prises avec nos deux appareils photos et les portables, qui nous donnent du merveilleux dans la tête !

Au loin, quelques flamands roses; l'exploitation du lithium détruit leur environnement d'après notre guide. Dans le monde entier, la nature souffre......

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

 

On se dédouble pour mieux admirer la beauté des paysages !

 

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

La route en hors piste pour arriver à un espace aménagé près de la route avec une vue sur la lagune de "Aguas Calientes" est tout aussi grisant que le trajet précédent. On déjeune dans un cadre magnifique mais venté.

 

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

Nous repartons et faisons à nouveau un arrêt près des "Monjes de la Pacana", ces concrétions de pierres fantastiques figées dans le désert. L'une d'elle a le profil d'un indien ou bien celui de Pablo Neruda; elle est considérée comme le gardien du lieu !

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

Notre dernier arrêt est pour la "Laguna Cristal" avec au loin, le volcan Pili.

ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES

Voici quelques dernières photos prises sur le chemin du retour.

Nous arrivons à San Pedro vers 16h; quelle journée !

Après un peu de repos, nous dînons au restaurant "Sol Inti" où les portions sont énormes mais pas trop goûteuses.

ATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
ATACAMA : HORS PISTESATACAMA : HORS PISTES
4 juillet 2019 4 04 /07 /juillet /2019 13:10

L'agence passe nous prendre à 4h30, il fait encore nuit et nous allons faire les 95 km qui nous séparent des geysers dans la semi-obscurité. Il faut partir tôt pour pouvoir apprécier l'intensité des fumées et la sortie de l'eau car c'est la variation de température, avec le soleil qui se lève, qui rend les geysers plus actifs.

Nous arrivons avec une température de -12° ressentie, c'est vraiment glacial mais le spectacle est là, surtout avec les premiers rayons du soleil !

ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"

Nous sommes à 4300 m, c'est le champ de geysers le plus élevé du monde et leurs nombres représentent plus de 10%  des geysers de la planète.

Le soleil s'est levé et on se réchauffe un peu en prenant le petit déjeuner prévu par l'agence.

Puis, deux possibilités s'offrent à nous; soit une baignade dans un bassin chaud en plein air; soit une promenade sur un petit sentier pour continuer à admirer le site même si les geysers sont un peu moins actifs. 

Nous avions apporté les maillots de bain mais nous ne sommes pas encore trop réchauffés et nous choisissons la promenade.

 

ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"

Sur la route du retour, nous faisons plusieurs arrêts pour voir des animaux : vigognes, renards, oiseaux (dans un cadre superbe) et viscache(sorte de gros lapin).

 

ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"

Nous quittons la piste pour retrouver la route, notre dernier arrêt est au village de "Machuca" avec sa jolie petite église,ses maisons en adobe et ses lamas dans les pâturages. Plus loin, de gigantesques cactus se dressent sur une colline.

ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"

Le retour à San Pedro de Atacama est à 12h. Nous allons au restaurant "Estrella Negra" où un menu très bon marché et correct est proposé en self service.

L'agence "Space" nous confirme que le temps est propice à l'observation des étoiles ce soir, nous rentrons à l'hôtel pour faire une sieste !

Après le dîner au restaurant "La Plaza" avec de délicieuses pâtes (carbonara et au pesto), il est 20h et un bus nous emmène 7 km au sud de San Pedro de Atacama dans le domaine de l'astronome français Alain Maury (qui a découvert des comètes et des astéroïdes )et de sa femme Alejandra, chilienne.

Les français sont pris en charge par Alain pour au moins une heure et demi d'observation du ciel et les autres touristes par sa femme pour la même chose en anglais.

C'est vraiment très bien; Alain Maury est passionné et sait le faire partager, nous avons même eu droit à des photos de la lune prises grâce à un des télescopes.

 

 

ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"
ATACAMA : Geysers "del Tatio"ATACAMA : Geysers "del Tatio"

Nous aurions bien aimé visiter le centre ALMA (ce centre a participé aux images récentes du trou noir)pendant notre séjour mais nous n'avions pas réservé à l'avance et tout était complet. Il faut s'y prendre au moins 6 mois à l'avance d'après ce qu'on nous a dit sur place !