9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 13:35

Musique: La cumparsita

Dimanche 5 aout

Nous prenons le bus vers 10 heures pour les chutes d´"Iguaçu ", côté Brésilien. Le passage de la frontière se fait uniquement en Argentine, on ne vérifie pas côté brésilien  et on ne tamponne pas notre passeport lorsque l’on passe la frontière seulement pour aller aux chutes. L'entrée au parc est très aménagée, il y a beaucoup de touristes, ça nous change !

   DSCF1047  argentine--suite- 3716

Nous faisons la queue pour acheter le billet d’entrée (41 reales; 274 pesos par personne; le change est loin d’être à notre avantage ! après calculs, on s’aperçoit que l’on aurait du payer en euros, gain de 17 euros à deux !). Le parcours aménagé sur 1,2 km permet de voir des vues générales des chutes, comme sur des cartes postales ; c’est assez grandiose.

   argentine--suite- 3641  argentine--suite- 3684

 

DSCF0984

 

 Dès le départ nous voyons des "coatis", petits mammifères qui pullulent dans le parc. Ils sont toujours à la recherche de nourriture et font les poubelles qui ne sont pas fermées ici. Il ne faut pas les nourrir car ils peuvent devenir agressifs et mordre et surtout, ce n’est pas souhaitable pour leur santé; hélas de nombreux touristes le font pour prendre des photos.

   argentine--suite- 3642  argentine--suite- 3673

 

Les différents points de vue sur les chutes sont tous plus beau les uns que les autres. 

 

   argentine--suite- 3703  DSCF1080

 

 Nous voyons souvent de beaux papillons qui volètent autour de nous.

 

   argentine--suite- 3645  DSCF0963

 

DSCF1043

 

 A la fin, une passerelle passe aux dessus de la plus grande chute (82 m), "la garganta del diablo", la douche est assurée lorsque l’on circule dessus tant la force avec laquelle l’eau tombe  de si haut projette des embruns importants.

   DSCF1025  DSCF1027

 

 Mais surtout, à cet endroit, la vue sur l’ensemble des chutes est magnifique. Nous prenons un ascenseur pour rejoindre la sortie; en haut, la  vue est inoubliable aussi.

 

DSCF1034

 

Nous faisons le chemin du retour avec des images plein la tête mais aussi les oreilles bourdonnantes du bruit infernal fait par ces quantités d’eaux énormes qui se fracassent des dizaines de mètres plus bas.

Nous faisons nos courses pour dîner avec le délicieux "bife de chorizo", Ah qu’il est bon le bœuf ici !  Nous discutons avec un jeune couple de touristes français qui viennent de Bolivie.

commentaires

rita et ramon 12/08/2012 14:12

Quand dansez vous le tango? Quand rentrez vous? Pas trop vite, c' est tellement etonnant cette eau et il en manque sur terre. Nous vous embrassons. Ramon Rita

Françoise 10/08/2012 07:24

Absolument fabuleux !