8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 09:22

VENDREDI 21 FEVRIER

Au réveil, il pleut beaucoup, il n'y a aucune visibilité sur la montagne, tout est bouché. Nous renonçons donc à la randonnée vers le glacier Franz Josef. Elle va être remplacée par un arrêt dans la ville d'Hokitika où nous pourrons voir un kiwi au "national kiwi center". Cet oiseau, qui ne vole pas, symbole de la Nouvelle Zélande,est difficile à observer dans la nature pour plusieurs raisons; il est actif la nuit, très craintif et en voie de disparition.

La pluie devient de plus en plus forte au fur et à mesure que nous approchons d'Hokitika, on roule au moins dix minutes sans grande visibilité, on est content d'arriver en ville et de se garer pour attendre que ça se passe. Mais nous sommes dans un creux et on constate que l'eau s'accumule et monte. Heureusement, Michel démarre et on rejoint un parking de supermarché surélevé. Après plus de 30 minutes d'une pluie d'une violence incroyable, ça se calme un peu et on sort de la voiture pour constater que certaines parties des rues sont inondées, les caniveaux n'absorbent plus. Les Néozélandais ne sont pas perturbés, ils enlèvent leurs chaussures pour se déplacer.....

HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI

Il est l'heure de déjeuner, nous poussons la porte d'un restaurant et montons à l'étage.

On se demande si on pourra reprendre la route mais finalement, il ne repleut pas et après le repas, le niveau a baissé.

 

HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI

Le "National Kiwi Center" est accessible, l'entrée était inondée tout à l'heure.

La visite commence par un vivarium avec deux lézards "Tuatara"appelés aussi  lézards préhistoriques car ils n'ont pas évolué depuis 225 millions d'années.

Les poissons des rivières de Nouvelle Zélande sont présentés dont des anguilles géantes.

Mais surtout, il y a un kiwi. Il est installé dans un vaste espace plongé dans l'obscurité et qui reproduit son environnement. C'est ainsi que l'on peut l'observer, il a environ la taille d'une poule et passe son temps à chercher dans le sol avec son long bec. Si il entend un bruit, même léger, il part se cacher dans un buisson.

HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI
HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI

Environ, une heure de route pour arriver à notre logement à Barrytown, le "Kiwi Cabin Homestay at Koru", c'est assez petit, heureusement seulement pour une nuit. Nous ne sommes pas loin de la mer mais le temps est encore pluvieux par moment.

On pose les bagages et en route pour les "Pancakes Rocks", à environ un quart d'heure de trajet. La route qui longe en partie la mer offre de beaux points de vue.

HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI
HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI

Le lieu est aménagé, un chemin cimenté surplombe la mer d'où l'on voit les rochers. Les sédiments calcaires se sont empilés depuis 30 millions d'années et le résultat est magnifique.

Le temps est pluvieux et venteux mais il rend spectaculaire les vagues qui claquent sur les rochers ou bien qui remontent avec force dans des sortes de cheminées formées par l'érosion.

Près du parking, il y a d'incroyables fleurs de succulentes.

HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI
HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI
HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI
HOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKIHOKITIKA et les "Pancakes Rocks" de PUNAKAIKI

Nous rentrons passer la soirée tranquille dans notre petit studio.

commentaires