20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 02:14

LUNDI 6 MAI

Nous allons voir le marché de la ville,le rayon poisson est vraiment coloré !

A côté, l'agence "Kenny bus" où nous achetons nos billets pour l'étape suivante, dans deux jours, la ville de Calama.

A la réception de notre hôtel, on nous a déconseillé d'aller dans ce quartier un dimanche, jour où le marché est fermé. Nous voulions aller acheter nos tickets de bus car l'agence était ouverte mais nous avons donc préféré attendre le lendemain.

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Puis nous allons chez Europcar pour récupérer la voiture que nous avons loué par internet depuis la France.

Nous roulons 50 km à l'est d'Iquique sur une autoroute en plein désert pour aller  visiter la ville fantôme d'Humberstone, classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Cette cité a été construite en 1862 autour d'un gisement de salpêtre. Autour de l'usine, les maisons des ouvriers et de leurs familles et toutes les infrastructures nécessaires : école, magasin (Pulperia), hôpital, église...etc... Le climat très sec a préservé les installations et les restaurations de l'Unesco ont permis de faire ce musée à ciel ouvert.

 

 

 

 

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Les bâtiments de l'usine ont des murs en tôle et on imagine dans quelle chaleur les ouvriers devaient travailler à côté des machines.

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Des salles présentent les outils de travail mais aussi les ustensiles ménagers ou les jouets d'enfant. Sur les murs, quelques photos de l'époque montre les difficiles conditions de vie pour tous, en particulier, les enfants qui travaillaient très jeunes. On voit aussi les pièces des logements ouvriers et celles des patrons qui ont évidemment une grande différence.

Dans l'ancien bâtiment administratif, une exposition montre des affiches publicitaires diffusées dans le monde entier et vantant les bienfaits du nitrate de soude.

Un poème de Pablo Neruda résume l'exploitation de ces ouvriers.

 

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Pour les familles des chefs, il y avait même une piscine et un théâtre.

La ville possédait aussi un hôtel luxueux.

HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Les ouvriers étaient payés avec des jetons, pas avec de l'argent. Avec ces jetons, ils ne pouvaient faire leurs achats que dans le magasin de l'usine, la Pulperia. De plus, la valeur de ces jetons variait.

Les ouvriers ont fini par se mettre en grève, suivis par d'autres dans le pays et en particulier les dockers.

Pour mettre fin à ce mouvement, les patrons ont fait appel aux forces de l'ordre. Ceux-ci ont tiré sur les grévistes qui s'étaient regroupés dans l'école Santa Maria et ce fut un massacre.

Les deux premières photos ci-dessous montrent la place du marché à l'époque et actuellement.

Tout s'est effondré au moment où les engrais artificiels sont apparus rendant le nitrate de soude inutile car plus cher à produire.

En 1960, les ouvriers étaient partis et l'usine fermée, ne laissant plus que cette immense ville fantôme dans le désert.

 

 

 

 

 

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

Nous rentrons à Iquique en passant par Europcar car la voiture fonctionne mal, elle"broute" dans les montées et la climatisation ne marche pas. Nous avons eu très chaud dans le désert. On nous la change pour une Peugeot très récente sans problème.

Nous finissons la journée par une promenade le long de la plage Cavancha d'Iquique au soleil couchant. Elle est bordée de grands cactus par endroits.

Nous dînons avec une Parilla( viandes, saucisses et boudins grillés avec patates et salade) au restaurant "Terraza Baquedano".

Nous avons évité d'aller très loin de notre hôtel quand il faisait nuit.

HUMBERSTONEHUMBERSTONE
HUMBERSTONEHUMBERSTONE

commentaires