21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 10:09

MERCREDI 7 NOVEMBRE

Nous quittons Xi'an sous la pluie. Un autre TGV nous emmène à la ville de Luoyang en 1h30; nous prenons un taxi pour 80 yuans pour rejoindre notre hôtel, type auberge de jeunesse "Luoyang Anximen Youth Hostel". C'est en duplex mais très petit, deux lits jumeaux en haut et une grande fenêtre mais en bas, pas de lumière naturelle et un petit salon et la salle d'eau. C'est propre mais ça nous change de la suite de Xi'an! A l'accueil, personne parle anglais mais le patron passera en soiré et nous pourrons échanger un peu car il manipule bien le traducteur !

Le temps est encore pluvieux, nous déjeunons et faisons une balade dans le quartier, vers la porte de Lijing, reconstruite comme dans beaucoup de villes. Il y a aussi ici une tour du tambour qui a été reconstruite. Nous visitons un musée de céramique et d’œuvres d'art moderne qui s'inspirent des motifs anciens. J'achète un parapluie qui reprend certains des motifs floraux présentés.

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

La petite rue qui suit accueille des boutiques  dans des maisons en briques grises. Il y a quelques maisons anciennes de l'époque de la dynastie des Song du  nord( X-XIIème siècle).

Comme dans les villes précédentes, nous revoyons des huitres perlières devant les étals des vendeurs de bijoux en perles.

 

LUOYANGLUOYANG
LUOYANG
LUOYANGLUOYANG

La nuit arrive vers 17h30 et le temps reste couvert. Nous remontons la rue dans l'autre sens en regardant les étals de nourriture qui s'installent. Il y a des cuisses de grenouilles, des calamars et des coquillages servis chauds avec des crudités dessus en plus des habituelles brochettes et autres mets chinois qui nous sont souvent inconnus.

Nous dînons bien dans un restaurant de cette rue où on nous apporte un plat bien décoré à notre attention. Nous recevons beaucoup de sourires et nous sommes très observés pendant le repas:)

LUOYANGLUOYANG

JEUDI 8 NOVEMBRE : Les grottes de Longmen

Le beau temps est de retour. Nous prenons le bus n° 53 dont un arrêt est juste devant notre hôtel sur la rue Zhongzhou Dongdu. Après plus d'une heure de route, nous arrivons à l'entrée du site des grottes. La dynastie des Wei qui a fait tailler les grottes de Datong se déplace à Luoyang en 494 pour en faire sa capitale. La majorité des sculptures des grottes que nous allons voir ont été faites pendant les deux siècles qui ont suivis. Elles sont placées de par et d'autre d'une rivière. La rive est a un monastère mais c'est celle qui est la moins spectaculaire.

 

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Les guides nous apprennent que beaucoup de grottes ont été endommagées car pillées par des archéologues peu scrupuleux ou détruites lors de la révolution culturelle. Le site est malgré tout classé à l'Unesco et nous l'avons trouvé grandiose.

LUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

La grotte la plus spectaculaire par sa taille et son état de conservation est celle du Bouddha Losana, haut de 17 mètres. Elle date de la dynastie Tang (672-675). Autour du Bouddha, deux disciples, deux Bodhisattvas, deux rois célestes et deux gardiens musclés à l'air féroce!

 

LUOYANGLUOYANG

Plus loin, un Bouddha majestueux sur son piédestal.

Sur les parois extérieures et dans de toutes petites niches, il y a aussi les traces de plein de petites sculptures pleines de délicatesse, des bouddhas mais aussi des pagodes. On peut imaginer que toutes les parois extérieures et intérieures étaient décorées.

Sur cette rive, une pierre avec des fleurs incrustées. Les chinois la photographie, elle semble porter bonheur.

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Nous passons sur l'autre rive, les grottes de la rive est, bien que plus modestes, restent belles à voir.

LUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

De la rive est, la vue sur la grotte du Bouddha Losana est remarquable.

LUOYANG

Nous prenons une "voiturette" pour rejoindre plus vite l'entrée mais on nous dépose beaucoup plus loin et nous marcherons finalement plus pour rejoindre la station de bus. Après une pause à la chambre, nous allons dans le quartier du restaurant "Qianmen Kaoya Dajiudian".

Nous trouvons une place animée sur le chemin. L'ambiance est familiale; on y joue au Plumfoot, aux échecs chinois ou simplement on y discute. Au retour, de nuit, nous verrons des femmes qui font des mouvements sur de la musique, comme à Pingyao.

Sur le trottoir, une femme vend des billets de banque factice, sûrement pour souhaiter de la richesse.

Enfin, nous photographions encore ces petites voitures électriques que l'on voit partout. Sinon, le parc automobile semble plutôt récent et composé de grosses cylindrées.

 

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Nous dînons dans ce restaurant "Qianmen...." conseillé par le guide Lonely pour canard rôti. Nous sommes déçus, c'est moyen et surtout, il y fait glacial. Le cadre du restaurant fait penser à un restaurant de l'ère communiste, les serveuses sont omniprésentes et surveillent vos gestes pour vous aider si nécessaire mais de façon pesante.

En sortant du restaurant, nous découvrons une autre "street food" animée où nous marchons avant de rentrer dans notre quartier qui a beaucoup plus d'immeubles.

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

VENDREDI 9 NOVEMBRE : Le Monastère Shaolin et les Arts Martiaux

Nous avons réservé une voiture privée avec un chauffeur( 400 yuans)pour aller au monastère Shaolin. Nous roulons plus d'une heure pour y arriver.

Ce temple a été fondé au Vème siècle par le moine Ba Tu, féru d'arts martiaux. Sa statue domine l'entrée du site.

Les moines combattants de ce monastère sont associés au Gongfu (appellé kung-fu par les occidentaux). Pour le vrai disciple, le Gongfu est un chemin ardu semé d'embûches et conduisant souvent à l'échec.

Il y a deux groupes de techniques, les dures ou extérieures comme par exemple le "baimei quan", sorte de boxe et les douces ou intérieures comme par exemple le "Taiji quan". En pratique, les mouvements durs et les mouvements lents sont mélangés par beaucoup d'écoles. La pratique spirituelle est indissociable du Gongfu qui permet une plus grande concentration par la maîtrise de soi. Évidemment, tout ça n'a rien à voir avec "les films de karaté"!

Les moines ne sont pas là pour combattre même si certains d'entre eux ont été enrôlés par les empereurs. Cependant, ils peuvent former des gardes du corps à des techniques de défense ou même à tuer d'un seul geste.

LUOYANGLUOYANG

Le site s'étend sur plusieurs kilomètres, il permet de faire des randonnées assez difficiles(avec beaucoup de marches) jusqu'au sommet Shaoshi Shan ou bien au Sanhuangzhai (environ 9km après le temple principal). Des temples ponctuent les parcours.

Nous n'aurons pas le temps d'aller si loin et nous ne ferons qu'environ 6 km, en terrain plat à la découverte des arts martiaux, du temple principal et des tombeaux des moines.

Dès notre entrée, nous voyons de jeunes enfants enchaîner des gestes d'arts martiaux. Puis, un peu plus loin, un immense stade avec des groupes de jeunes autour de leur instructeur. Nous croisons un autre groupe qui semble revenir d'un entraînement, ils marchent au pas comme des soldats, en scandant des mots.

 

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Nous visitons le sanctuaire principal où un magnifique ginkgo aux feuilles jaunes en forme d'éventail domine la première cour. On peut voir, à l'intérieur du pavillon Pilu, un sol bosselé par les moines qui s'y entrainaient par le passé.

La plupart des bâtiments sont récents acr ils ont été plusieurs fois détruits par des incendies ou des attaques extérieures.

A la sortie, on nous demande une nouvelle séance photo :)

C'est toujours un moment d'échange à l'aide de sourire et de gestes amicaux.

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Nous marchons ensuite jusqu'à la forêt des stupas qui rend hommage aux moines après leur mort. Le cadre boisé donne beaucoup de poésie aux sépultures.

LUOYANGLUOYANG

Nous rebroussons chemin et allons au centre d'entraînement Wushu où un spectacle est donné pour les touristes. C'est assez impressionnant de voir l'aisance et la précision des gestes (groupe), la souplesse (contorsionniste) et la concentration des moines qui leur permet de tordre des gros morceaux de bois ou de casser une vitre à main nue.

LUOYANGLUOYANG

En sortant du spectacle, nous assistons, à l'extérieur,  à une autre démonstration apparemment organisée pour l'accueil d'un ancien moine. C'est aussi assez fascinant et un peu inquiétant.

LUOYANGLUOYANG
LUOYANGLUOYANG

Nous rentrons et allons dîner dans un restaurant où l'on peut cuire son repas soi-même dans deux bouillons différents. On est très bien accueilli par des "welcome", on a l'impression que tout le personnel de l'établissement vient se faire prendre en photo avec nous. En partant, on m'offre une brosse de massage pour la douche :)

LUOYANGLUOYANG
LUOYANG

commentaires