22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 18:09
TACHKENT

VENDREDI 20 OCTOBRE 2017

Nous partons vers 11h en taxi avec Jocelyne et Patrick pour CDG pour nous envoler en Ouzbékistan. Nous prenons la compagnie Aéroflot, nous avons une escale à Moscou. Nous devions arriver à Tachkent un peu avant 3 heures du matin, heure locale(il y a trois heures en plus par rapport à la France). Hélas, à Moscou, notre avion est annoncé avec presque 4 h de retard ! La compagnie nous offre un crédit de 1000 roubles par personne pour dîner dans l'aéroport. Nous mangeons correctement mais l'attente est longue et nous ressentons la fatigue. Notre avion décolle vers minuit et nous dormons tout de suite. Nous arrivons à Tashkent avec le jour qui se lève vers 7h. Nous récupérons nos bagages et passons la douane. Nous sommes attendus à l'aéroport et le chauffeur envoyé par l'hôtel nous y emmène.

 

 

TACHKENT

SAMEDI 21 OCTOBRE

Nous logeons au nord, dans la partie ancienne de Tashkent au Jahongir b&b, une belle maison à la façade verte. La femme qui nous accueille parle bien français; nous nous installons dans nos chambres. Jocelyne va se coucher directement car elle n'a pas la forme. Patrick et nous allons prendre un petit déjeuner avant d'aller dormir à notre tour juqu'à midi. Les chambres sont correctes et le petit déjeuner bon et beau avec sa jolie vaisselle bleue et blanche.

TACHKENTTACHKENT

Nous nous retrouvons vers 12h30, sans Jocelyne qui souffre d'une migraine épouvantable et qui préfère rester au lit pour récupérer.

Nous partons à pieds à la découverte de Tashkent. Nous commençons par prendre de l'argent dans une banque, avec 50 euros, nous avons environ 500 000 soums (monnaie ouzbèque) en billets de 10 000; soit 50 billets, une énorme liasse ! Il n'y a pas de pièces ici.

Nous allons au marché Chorsu, le cœur de la vieille ville. C'est immense, on y découvre d'abord les marchands de pain, "non" , en ouzbèque, il est délicieux. Puis ce sont les fruits, les légumes, les oeufs, les épices,.... On y achète du safran.

 

TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT

La plus grande partie de la viande, le fromage frais et les fruits secs sont sous un immense dôme aux couleurs bleues et turquoises. Nous y achetons de succulentes amandes.

Nous déambulons assez longtemps et avec plaisir parmi tous ces stands colorés et animés.

On trouve aussi tout ce qu'il faut pour la maison et même de l'artisanat. On peut y déguster des brochettes. Enfin, un supermarché jouxte le marché et vend les autres produits utiles.

TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT

Nous avons trouvé les ouzbèques très sympathiques.

Sur le marché, il y a eu des échanges de sourires. Les hommes ont souvent engagé la conversation avec Patrick et Michel en demandant leur nationalité, ils ont alors enchaîné avec le nom des joueurs de l'équipe du Paris St Germain. Les commerçants nous ont proposé leur produits, sans insistance.

J'ai voulu acheter des gâteaux sur un stand, la jeune femme qui les vendait m'en a donné deux en cadeau. Dans une boulangerie, le patron a voulu faire une photo avec moi dans son magasin.

Bref, on a trouvé une envie d'échanger.

 

TACHKENT

Nous empruntons, au nord du marché, la rue Zarkainar pour rejoindre l'ensemble Khast Imam, centre religieux officiel de la république. Les ruelles de ce quartier ancien semblent être un véritable labyrinthe.

TACHKENTTACHKENT

La mosquée, la madrasa et le musée(qui contient un des plus vieux corans du monde) ornent une vaste place. Dans le parc attenant, un mausolée et quelques autres bâtiments aux toits aussi de couleurs bleues et turquoises complètent ce lieu plein de sérénité.

Seule la madrasa, école coranique, est ouverte à la visite. Il n'y a plus d'étudiants, leurs chambres ont été transformées en petites échoppes de souvenir; dans quelques unes, des artisans y travaillent.

TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT
TACHKENTTACHKENT

Nous revenons en métro jusqu'à notre hôtel; Jocelyne n'a pas encore la grande forme. Nous allons diner tous les trois au "old pub", situé tout prêt de nos chambres. Le menu est en russe et le personnel ne parle pas anglais, ce n'est donc pas facile de choisir de quoi manger.

Une femme russe qui dîne à la table à côté nous aide avec ses quelques mots d'anglais, avec des gestes et le traducteur du portable de Michel, on finit par nous servir des brochettes, des frites et un peu de crudités; avec bien sûr, des bières. Il y a une animation musicale avec un chanteur et aussi un film montrant du patinage artistique en couple. Nous rentrons dormir tôt.

TACHKENTTACHKENTTACHKENT

commentaires

Nadège 25/10/2017 20:00

Sympa ce premier jour, le marché a l'air super ! Si jamais ils vendent des gousses de vanille fraiches comme en Inde on en veut bien car on n'a plus de stock ;) On espère que Jocelyne va mieux...Bises